Athena ☾ vis par passion, non par devoir

 :: Les registres :: Les papiers officiels :: Présentations validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Administratrice.

ღ Avatar : zoey deutch
ღ Date d'inscription : 24/09/2018
ღ Parchemins : 7
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Athena ☾ vis par passion, non par devoir Dim 28 Oct - 10:36
Athena L. Gone
ft.Zoey Deutch
    Origines:Égyptienne, depuis toujours. D'où son nom, Athena, comme l'une des célèbres déesses de ce monde.
    Âge/date de naissance:26 ans, et quelques mois à son compteur depuis un certain premier mars. Je vous laisse faire le décompte, pour connaitre sa date de naissance
    Lieu de naissance:Egypte
    Orientation sexuelle:Bisexuelle
    Statut matrimonial:En couple à cause de LRP
    Métier:Journaliste, qui mélange à la fois sa passion de l'écriture, et sa manière de fourrer son nez dans les affaires des autres
    Groupe:Rebelle
    Avis sur LRP:Son avis ? Pas très glorieux ! Elle déteste cette machine. C'est une rebelle jusqu'au bout des ongles. Elle compte décidé de son propre avenir amoureux, qu'importe les conséquence, et ne pas se laisser faire
    Anecdotes:C'est une fervente écrivaine. Ce qu'elle apprécie encore plus, c'est foutre son nez dans la vie privé des gens. Quand ca concerne LRP c'est encore mieux. ♪ Elle n'aime pas qu'on la compare à la déesse. ♪ Son rêve, c'est de récolter assez d'argent pour se tirer d'ici. ♪ Elle déteste le sable ♪ Sa couleur préférée est le rouge, bordeaux. ♪ Elle s'est mis à la cigarette un jour, lorsque LRP l'a casé, et elle ne s'est jamais arrêtée. ♪ Elle adore le chocolat, c'est son péché mignon ♪ Grande consommatrice de caféine, ses mains tremblent si elle n'a pas sa dose ♪ Elle s'est faire le grand écart, même si c'est pas utile dans la vie de tous les jours ♪ Elle possède une cicatrice à la tête, dû à une chute d'enfance ♪
Histoire

Son histoire, elle débute y'a vingt six année de cela. Si vous vous attendez à lire une histoire joyeuse, passait à la prochaine, parce que ce ne sera pas le cas de celle-ci. Loin de là. Parce que son enfance, à Athéna, et toute sa vie d'ailleurs, elle s'est faîte dans la souffrance, dans les pleures. Dans la perte. Il n'a pas eu de grosse richesse dans lesquels grandir, sa mère l'a eu très jeune. A peine 18 ans. Élever un gosse, lorsque l'on est si jeune, ce n'est pas d'un immense repos. Encore est-il, qu'elle n'a pas dû se débrouiller sans père. C'est déjà un gros plus. A l'âge con, c'est rare qu'un homme reste au côté d'une femme enceinte. Sa mère a eu cette chance. Grosse chance. Parce qu'elle ne s'en serait pas sorti sans ça. Ils ont dû se débrouiller pour alterner les gardes, pendant que l'autre allait travailler, pour ramener de la nourriture. Ca n'a pas toujours été facile. Mais ils ont su s'en sortir comme c'était possible. De son jeune âge, ça l'a rendu très proche de sa fille, d’Athéna. Elles ont toujours eu une complicité extraordinaire. Là où la mère allait, la fille allait. Ce que la mère faisait, la fille l'imitait. Chaque journée de travail était une déchirure sans nom, que la petite fille passait à pleurer. Proche. C'est un euphémisme. Athéna n'a jamais vu une telle relation entre une autre mère et sa fille. Même si leur vie, leur nourriture c'est toujours trouvé sur le fil d'un rasoir, la jeune femme ne s'en plein pas. Au moins, ses parents lui ont toujours offerts l'amour qu'elle désirait. C'était tout ce qui lui fallait à elle, elle n'avait pas besoin de plus.

Ces sept premières années de vie se sont faites sur cette longue là. Toujours de cette manière, bien qu'avec le temps, elle a mieux gérer les journées de travail de sa mère. L'année de sa septième année c'est avéré bien différente. C'est une année qui restera gravée en elle, jusqu'à la fin de ces jours. 25 ans. Sa mère n'a pas eu d'autre choix que d'aller se recenser. Son père l'avait déjà fais. Mais, l'ordinateur n'avait pas encore trouver la femme parfaite à lui mettre entre les bras. Quelle idée débile. Vraiment. Ils ont eu de l'espoir. S'ils ne l'avaient pas trouvé, c'est peut-être parce qu'elle n'était pas recensé. Peut-être que ça tomberait sur sa mère. Ils ont eu cet infime espoir. Qui s'est réduit à néant lorsque la machine à assigner quelqu'un d'autre à sa mère. Son père a très mal vécu la chose. Ce qu'il n'a pas accepté, c'est que sa mère ne se batte pas à ces côtés. Qu'elle accepte ce destin qui n'était pas le leur. Il n'a même pas cherché à lui faire entendre raison. Il connaissait assez la jeune femme pour savoir que rien ne la ferait changer d'avis. Le lendemain, elle faisait sa valise. La sienne, et celle de sa fille Athéna, qu'elle refusait de laisser derrière elle. Si Athéna était proche de sa mère, elle l'était aussi de son père, et la déchirure a été horrible. Ce que la petite fille, aujourd'hui devenu grande, ne se pardonnera jamais, c'est d'avoir été là. Parce qu'elle n'est pas bête. Si sa mère n'a pas voulu prendre de risque c'est pour elle. C'est par peur que cela retombe sur sa fille. C'est à cause de cela qu'elle a quitté son père.

L'enfer a commencé ce jour là. LRP. La relation parfaite. Qu'elle ironie. Athéna ne s'en rappellera pas comme ça, de la relation de sa mère. Son connard de beau père, par contre, elle s'en souviendra. N'est-on pas censé être heureuse, dans une relation parfaite ? C'est ce que la petite fille a toujours cru. Elle se faisait des illusions. Auxquels elle n'a plus croyance aujourd'hui. Plus depuis ce jour là, où son beau père a commencé à taper sur sa mère. Ce n'était que le début. Bientôt, ce fût son tour. Parce qu'elle étai trop bruyante, parce qu'elle ne faisait pas ce qu'il disait. Parce qu'elle refusait de lui faire plaisir. Il était malin. Il ne frappait jamais Athéna lorsqu'elle était avec sa mère. C'est toujours lorsque celle-ci était au travail. Et comme la petite ne voulait pas inquiéter sa mère, elle n'en a jamais rien dit. Jusqu'à ce que son beau père se retrouve bien plus violent avec elle. Cette cicatrice, à la tête, elle l'a possède toujours. Elle aura passé plusieurs jours à l'hôpital. Le temps de se remettre, que l'hématome guérisse. Si les médecins n'ont jamais rien deviné, Athéna n'a pas pu gardé le secret face à sa mère. Ca a fais réagir sa mère. C'est là qu'elle s'est décidé à agir, à se battre. La soumission face au système, elle ne pouvait pas l'accepter si cela mettait en péril la vie de sa fille. Elle s'est rebellé. Elles ont déménagées. Revenu chez son père. Ca n'a pas plus au système. Les conséquences ont été immédiate. Les mensonges aussi. Athéna n'aura appris que bien plus tard que son enfoiré de beau père n'aura raconté que des mensonges sur leur fuite. Conséquence ? L'exécution de sa mère, pour fraude. La petite fille ne s'en est jamais remis. Jamais. Elle a eu la chance de pouvoir rester chez son père. Mais plus rien n'a jamais été pareil. Elle garde depuis ce jour là, ce qu'elle n'a jamais dis à sa mère. Les attouchements dont elle a été victime.

Alors qu'elle grandi, elle rencontre une femme. Douce, jolie. Prude. Respectueuse. Attentive. Athéna n'a jamais compris la relation particulière qu'elle entretenait avec cette femme. Mais dès leur rencontre, la brune a ressenti le besoin de se confier à la jeune femme. De manière assez simple, et direct. Elle lui a raconté toute sa vie, même les côtés les moins glorieux. Ceux qu'elle n'avait jamais raconté à sa mère. Et, de fil en aiguille. De mois en mois, Athéna a compris que ce qu'elle ressentait pour la jeune femme, était d'avantage que de l'amitié. Elle aimait cette femme. Une femme. Elle ne comprenait pas. Elle s'est demandé, un long moment, si quelque chose clochait chez elle. Mais elle ne pouvait pas réprimer ce qu'elle éprouvait pour elle. Pour cette blonde qui avait déboulé dans sa vie du jour au lendemain. (BLONDE, FILLE DU CONNARD DE SA MERE, VENGEANCE) Pourtant, elle n'a jamais rien dit. Sans doute peur du jugement. Aussi parce que ces 25 ans arrivaient quelques temps après. Ce n'était pas utile. Cela ne ferait que souffrir l'une, comme l'autre peut-être. Ce n'était pas ce qu'elle voulait. Elle n'a pas de suite était attribué à quelqu'un. Ce n'est que très récent. Mais. Maintenant que c'est fait, elle ne regrette pas de s'être tue. Pas parce qu'elle ne ressent plus rien pour la jeune femme. Pas parce qu'elle ressent quelque chose pour l'homme qui se retrouve à devoir partager sa vie. Mais parce que cela aurait été terrible. Comme pour sa mère. Quand à cette relation. Elle est une fervente rebelle. Elle n'acceptera jamais cette relation imposait. Elle ne connaît pas l'homme avec qui elle est censé passé le restant de ces jours, mais, elle le déteste. Elle le déteste d'exister. Sans ça, elle serait libre.

Personnalité

Athéna, c'est un caractère enflammé. Un caractère de chien. Ne comptez pas sur elle pour se laisser faire. On n'aurait pu croire que sa dépendance à sa mère l'aurait rendu faible, et fragile, mais c'est loin d'être le cas. Sans doute à cause de la perte de cette dernière, très jeune, qui l'a poussé à devoir se reprendre en main. Aujourd'hui ? Gare à celui qui s'approche trop, elle est farouche. Il se pourrait qu'elle morde. Mais ce caractère de feu, cache aussi une énorme douleur intérieur. Une fragilité qu'elle cache, pour que personne ne puisse l'atteindre. Elle se protège émotionnellement. Elle hait les hommes, depuis l'arrivée de leur beau père dans sa vie. Elle n'est pas doué en relation. C'est une grosse solitaire, son passé lui empêche de créer de véritable amitié.

Bonjour je m'appelleLaure, ou .ASHES et j'ai21 ans. J'ai connu Fillwork grâce àSoso et j'aimerais vous dire queje suis une fana de l'idée. D'ailleurs pour tout vous dire, mon personnage est inventé et je souhaite ne pas avoir de parrain/marraine.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fillwork :: Les registres :: Les papiers officiels :: Présentations validées -