Il n'y a pas de péché sinon la Stupidité • Malik B.

 :: Les registres :: Les papiers officiels Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

ღ Avatar : Riz Amhed.
ღ Date d'inscription : 28/11/2018
ღ Parchemins : 2
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Il n'y a pas de péché sinon la Stupidité • Malik B. Mer 28 Nov - 12:43
MALIK BOUHADJA
ft.Célébrité
    Origines:Kabyle.
    Âge/date de naissance:29 ans (20.04).
    Lieu de naissance:Fillwork (Egypte).
    Orientation sexuelle:Pansexuel.
    Statut matrimonial:En attente.
    Métier: Secrétaire à la mairie.
    Groupe:Rebelle.
    Avis sur LRP:Malik a une interprétation très personnelle de ce que la machine fait à travers ses associations. Malik pense que l'ordinateur central ne cherche pas à obliger des gens à se marier et à coucher ensemble. Elle cherche à unir des personnes qui seraient capables de s'entendre s'entraider dans la difficulté. Elle donne le devoir aux gens de prendre soin d'une personne, gratuitement et de savoir que cette autre personne prendra soin d'elle. Un échange de bon procédé qui aurait pu mener à quelque chose de très beau si l'être humain n'était pas sensiblement pourri et revêche. Pour Malik, ces délires sur le mariage, les couples, l'amour, ce sont du fait de la connerie de ceux qui ont interprété comme ils l'entendaient. Aussi, Malik ne s'inquiète pas pour LRP. Quand la machine désignera quelqu'un pour lui, il considérera que ça ne l'empêchera pas d'aimer qui il souhaite et de coucher avec qui le le veut. Qu'il n'y a pas à interpréter les actes d'une machine sans âme. L'amour est hors de propos dans cette affaire.


    Ce qui l'inquiète le plus, en vérité, n'est pas ce contrôle obsessionnel et arbitraire du domaine matrimonial par la ville mais plutôt tout ce qui entoure la politique de Fillwork. Les meurtres, les kidnapping, ce culte délirant autour de la machine centrale, la corruption, la torture, la censure à outrance,... Cette étrangeté singulière qui rend Fillwork hors d'atteinte du gouvernement Égyptien, qui semble empêcher le reste du monde de voir quel genre de tyrannie est mise en place. Même si effectivement, à force d'intérêt pour les politiques étrangères, Malik s'est rendu compte qu'il existait dans cette ville une obsession très dérangeante autour du statut matrimonial. En ce qui le concerne, Malik ne se sent pas spécialement prisonnier du système qu'il combat. Tout au plus s'arrangera-t-il comme il l'entendra avec la personne que LRP lui choisie.
    Anecdotes:Mali possède trois chats. Un angora noir et borgne (Anita), un chat commun obèse et paresseux (Nasser) et un chaton main coon roux tacheté (Sher Khan). • Malik emploie un personnel domestique pour le ménage et s'occuper des chats. En début d'année, il s'agissait d'un étudiant qu'il a fini par renvoyer après s'être fait voler l'une de ses montres. • Malik est musulman. Il se considère non-pratiquant mais fête l'Aid avec sa famille, fait le ramadan et de temps en temps, quand ça va vraiment mal, il se permet de prier. Malik a un rapport très singulier à la religion. Rapport que sa famille ne comprend pas toujours. • Malik a arrêté la cigarette (bien qu'il ait quelques rechutes, périodiquement). Cependant, il continue de fumer de l'herbe, de temps en temps. Un petit plaisir qu'il se garde le soir, avant de dormir, de temps en temps. • Malik espère un jour comprendre le fonctionnement de cette ville. Il trouve ça dingue qu'une ville puisse baser tout son système politique sur un ordinateur dont la principale priorité est de maquer des âmes-sœurs entre elles. Malik a quelques restes de ses études de sociologie qu'il espère tirer de sa manche pour expliquer ce phénomène unique dans le monde. • Personne n'est au courant pour sa bisexualité, si ce n'est les garçons avec qui il est sorti. D'un point de vu familial, l'homosexualité est l'un des péchés les plus ignobles. Malik a l'habitude d'être confronté à l'incompréhension et ne se sens pas spécialement persécuté. Il se fait discret à ce propos, face à sa famille et les médias. Il sait que ses parents l'aiment et l'aimeront toujours. Mais que ses relations homosexuelles pourraient leur faire beaucoup de mal. Malik essaie de vivre sa vie comme il l'entend sans faire de mal à sa famille. • Concernant ses relations, Malik a un comportement très différent avec les hommes et les femmes. S'il est volontiers bien plus séducteur et audacieux avec les femmes, Malik semble d'avantage chercher une complicité mutuelle auprès des hommes. Que ce soit auprès des hommes ou des femmes, Malik s'éprend exclusivement de personnes qu'il aura tendance à admirer. • Malik ambitionne le poste de Maire dans la ville. Proche des groupuscules rebelles, les méthodes de Malik préfèrent une approche diplomatique et politique qui beaucoup peuvent critiquer. Parmi les rebelles, Malik est souvent qualifié de collabo. Cependant, Malik est convaincu qu'une révolte violente et populaire de mènera pas la barque très loin. Il espère qu'une ascension douce et dans les hauts rangs des sphères politique lui permettra d'approcher d'assez près pour changer la donne de cette ville (et à défaut de pouvoir péter cet ordinateur central de ses propres mains, comprendre comment il fonctionne et comment l'arrêter). • Malik a déjà eut quelques problèmes avec la justice. Notamment au cours de ses études en Allemagne, durant des manifestations militantes. On lui connaît quelques garde à vue une incarcération de quatre mois ferme. Qui s'est elle-même transformé en liberté conditionnelle après avoir joué de quelques uns de ses contacts. Au sein de Fillwork, il a déjà connu quelques démêlés avec les forces de l'ordre au cours de manifestations contre LRP qui se sont achevés par de violentes altercations avec les militaires. Malik a réussi à s'y échapper de justesse mais son visage fut reconnu et identifié. Après quelques explications, le Conseil accepta de le laisser filer, n'étant pas encore affilié à des mouvements rebelles, à cette époque. • Parle Allemand, Arabe, Anglais, Français et a quelques bases de Latin.
Histoire

Malik né dans une famille originaire de Fillwork. Premiers travailleurs venus des villes voisines pour trouver un emploi stable dans un pays en grands conflits internes, la lignée de Malik a connu exclusivement le travail domestique et ouvrier pour des colonialistes anglais. Fillwork, comme coupée du reste du pays, ne s'exclama pas de joie lorsque sonna l'Indépendance. Les Bouhadja restèrent les serviteurs des maîtres, tentant d'envoyer régulièrement les plus jeunes à vite quitter la ville pour épouser une vie d'étude et de confort.

Au sein de la famille, LPR ne connaît pas de véritable autorité. Dans les quartiers abandonnés par les militaires et la police, les Bouhadja s'étaient toujours arrangés avec les partis que leur choisissait la machine. Ainsi, la famille pouvait se marier de manière propre et hallal.

Le père de Malik était un chef ouvrier, sur les chantiers. Travail dur, s'il en est. Fatiguant et qui avait la fâcheuse tendance de détruire à petit feu le corps du vieux Bouhadja. Il avait épousé la fille d'une famille voisine dont l'une des cousines avait épousé le frère de Karima, la tante de Malik. De vieilles histoires de mariages entre famille, il en existait des dizaines. Le quartier organisait ses unions entre parents, pour les enfants, s'apercevant que l'ordinateur central n'avait pas la décence d'unir nécessairement les recensés entre bons musulmans.

Zohra Bouhadja donna comme aîné, son fils, Malik. Après quoi, elle ne donna naissance qu'à des filles. Cinq sœurs dont deux jumelles.

Sharifa, de un an la cadette de Malik, est une fille au caractère fort et indépendant. Tenant sa liberté comme précieuse, Sharifa a toujours été la sœur la plus proche de Malik. S’accompagnant mutuellement au cours de révoltes militantes, frère et sœur étaient chacun à leur manière, une figure d'autorité précieuse pour les plus jeunes sœurs, les cousins et les cousines. Lorsque Sharifa eut 25 ans, cependant, elle ne se fit pas prier : Très rapidement, elle utilisa l'excuse des études (comme l'avait fait Malik) pour quitter Follwork et partir en France. Sharifa, ne s'étant jamais sentie proche de la religion, fini par épouser un français que Malik rencontra quelque fois et avec qui il s'était toujours entendu, à l'instar de sa mère qui avait vécu ce départ comme une trahison. Alors, plusieurs fois, appelait-elle Malik pour lui pleurer que ses deux enfants lui manquaient et qu'elle espérait que les enfants de Sharifa l'abandonnent comme elle avait abandonné sa famille. Malik, un peu muet, restait attristé sur la situation et encore aujourd'hui, sert d'intermédiaire entre sa mère et sa sœur. Quant à son père, il tenta de toujours rester soudé à son épouse par peur de se prendre un coup mais secrètement, Malik entendait que son père avait appelé Sharifa pour prendre des nouvelle d'elle et de son fils.

Chadiya arriva ensuite, avec ses froufous et ses superficialités. Montée à la même énergie que ses aînés, Chadiya était une petite peste sûre d'elle et audacieuse dont les principaux intérêts se portaient autour de la mode et du paraître. D'après Chadiya, il n'y avait rien de plus important que de prendre soin de soi. Entretenir son corps, c'était entretenir son bonheur. Se sentir belle était une façon personnelle d'imposer son influence autour d'elle. Chadiya la bien-aimée. La favorite. Leur père, en rentrant du travail, avait pris l'habitude de s'installer dans le salon, après manger pour raconter des histoires de conte et de princesses à ses enfants. Subtilisant les personnages principaux, Malik était toujours le brave héros qui terrassait le dragon. Sharifa, la marâtre ou la vilaine sorcière. Évidemment, Chadiya avait le privilège de toujours être représentée par la douce et délicate princesse. Tout le monde se pâmait devant Chadiya. Malik, un peu jaloux de l'attention qu'on lui apportait, un peu fier d'être le protecteur de ce trésor familial, surveillait plus que de raison les garçons qui prenaient pour habitude de tourner autour de sa sœur plus que de raison. En grandissant, Chadiya devint cependant une femme à l'ambition redoutable et au pragmatisme dur. Animé du même idéalisme que Sharifa et Malik, elle s'était engagé secrètement dans moult associations qu'elle finissait toujours, grâce à son tempérament conquérant, par diriger d'une main de fer. Lorsqu'elle dû se marier avec un homme qu'elle ne connaissait qu'à peine, elle décida d'organiser une fausse inculpation pour envoyer son époux loin. Très loin. Tant qu'il serait en vie et en prison, Chadiya était libre. Jamais Malik ne douta pourtant de sa parole. Ni même personne. Chadiya l'aimée. La pure.

Yasmine & Asmahane. Jamais l'une sans l'autre. Au cours de leur grossesse, la petite famille n'avait de cesse de se disputer sur le sexe du futur bébé. Leur père, exaspéré de se retrouver seul homme avec son fils dans la famille, avait prié mille fois pour avoir enfin un autre garçon. Ironie du sort, il eut deux autres filles pour le prix d'une. Yasmine et Asmahane étaient comme le jour et la nuit. L'intelligence et la force. Le soleil et la Lune. Malik eut toujours beaucoup de mal avec les filles qui s'attaquaient à leur sœur aîné à deux. Malik, grand défenseur des causes perdues, était régulièrement disputé. Petit à petit, une forme de mépris s'installa entre deux. Yasmine et Asmahane trouvaient Malik intrusif. « De quoi tu te mêle ? » et en firent leur victime favorite. A force de prise de bec, Malik avait appris à user de mots et d'éloquence lorsque hurler à travers la pièce dans un arabe tout bafouillé ne servait plus à rien. Un jour, Yasmine tomba enceinte. Le nom du père leur était inconnu. Sharifa considéra que c'était bien de sa faute, à force de jouer les putes à tous les coins de rue. Chadiya, elle n'en avait pas grand chose à faire. Quant à Asmahane, de conseils que Malik jugerait mauvais, lui proposa de fuir le pays. Dans la famille, l'avortement n'était pas très toléré. Dans la ville, les coucheries hors mariage étaient passibles de mort. Secrètement, Malik lui proposa d'aller en France pour avorter, gardant les parents de ce terrible secret. Après cette lourde épreuve, Yasmine et Malik se rapprochèrent énormément, en dépit de la jalousie d'Asmahane. Quand les choses s'envenimèrent avec elle, Asmahane décida d'informer les parents de la bêtise de leur fille. Pendant près d'un an, le foyer ne tourna plus qu'autour de ce scandale, forçant Yasmine à quitter la maison précocement. Asmahane regrettait beaucoup son impulsivité. A la fin de l'année, à force de solidarité dans la fratrie pour leur jeune sœur, les parents finirent par succomber et l'accepter de nouveau. Bien que Yasmine resta dans son petit appartement pour jouir d'une liberté qu'une famille musulmane intégriste ne pouvait lui offrir, elle revint plusieurs fois à la maison et les tensions se calmèrent en dépit des ragots que faisaient joyeusement circuler leurs tantes et leurs cousines parmi les hommes de la famille.

Enfin, la petite dernière, l'enfant-roi, Ilham, grande pot pourri de cette joyeuse sarabande de caractères forts. Ilham a toujours été couvée et protégée par ses sœurs. Aussi couvée que maltraitée. L'enfant dont on n'accorde pas le moindre crédit. Etrangement, Ilham grandit plutôt isolée, toujours sous les jupes de sa mère qui s'inquiétait de ne pas la voir prendre son indépendance. A la fois exubérante et d'une timidité fardée, Ilham était sociable et avait un caractère de meneuse. Mais ses caprices finissaient inexorablement par en faire la méprisée de ses groupes d'amis. Très vite, au cours de sa scolarité, Ilham devint une enfant turbulente qui n'exprimait plus ses état d'âme que par de la violence et de l'aigreur. Fumeuse, buveuse, en marge, leurs parents avaient tout le mal du monde à la garder sur le droit chemin. Ilham était toujours prompte à remettre en question son éducation. Son insolence lui fit perdre pied à l'école et à l'âge de 18 ans, elle décida de quitter le lycée pour aller travailler. Malik et Ilham, pourtant, s'entendaient beaucoup avant qu'elle ne sombre dans le crime et les trafics. Toujours fourrés ensemble pour de sombres bêtises, elle était pour Malik, la seule avec l'audace assez forte pour défier les règles qui n'avaient pas de sens. Sharifa, Ilham et Malik étaient souvent à deux pour militer joyeusement dans la rue ou à essayer de semer les policiers. Cependant, à force de défiance, Ilham avait fini par faire quelques années de prisons qui l'éloigna de la famille et acheva d'en faire le mouton noir. L'incomprise. Si Malik tenta à plusieurs reprises de lui faire comprendre son erreur, il ne pouvait pas la forcer à se comporter correctement pour son bien et le bien de sa famille. Il finit par lâcher l'affaire, espérant secrètement qu'un jour, la benjamine finisse par apprendre de ses erreurs et s'assagir.

Personnalité

Décrire la personnalité ici

Bonjour je m'appellePseudo/prénom et j'aiÂGE ICI. J'ai connu Fillwork grâce àICI et j'aimerais vous dire queAvis sur le forum. D'ailleurs pour tout vous dire, mon personnage est inventé/pv/scénario de et je souhaite avoir/ne pas avoir de parrain/marraine.

Code:
✾ [color=#BF4242]Riz Amhed[/color] ☽ [url=http://fillwork.forumactif.com/u9]Malik Bouhadja[/url]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Administratrice.

ღ Avatar : Elizabeth Olsen.
ღ Date d'inscription : 09/09/2018
ღ Age : 29
ღ Parchemins : 70
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il n'y a pas de péché sinon la Stupidité • Malik B. Mer 28 Nov - 12:55
Bienvenue parmi nous ! valse
Je ne crois pas connaître ton avatar mais j'aime beaucoup! brill
Bon courage pour ta fiche. Et si t'as des questions n'hésite pas à venir me trouver ! coeur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Je suis contre les lois.

ღ Avatar : Richard Harmon
ღ Date d'inscription : 17/11/2018
ღ Age : 21
ღ Parchemins : 28
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il n'y a pas de péché sinon la Stupidité • Malik B. Mer 28 Nov - 13:50
Bienvenue ici Razz

Courage pour la suite de ta fiche coeur

_________________
Pain, hate, envy. Those are the ABC's of me.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Je suis contre les lois.

ღ Avatar : Eiza Gonzalez
ღ Date d'inscription : 12/11/2018
ღ Parchemins : 33
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il n'y a pas de péché sinon la Stupidité • Malik B. Mer 28 Nov - 14:14
Bienvenue par ici, hâte d’en savoir plus ! brill
Courage pour ta fiche. I love you
Revenir en haut Aller en bas
avatar

ღ Avatar : Riz Amhed.
ღ Date d'inscription : 28/11/2018
ღ Parchemins : 2
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il n'y a pas de péché sinon la Stupidité • Malik B. Mer 28 Nov - 17:39
Merci à vous tous ♥️

Isadora : Pour l'acteur, il a joué récemment dans Venom et a également joué le pilote dans Star Wars Rogue One ! Un gars sûr, ehe.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Administratrice.

ღ Avatar : zoey deutch
ღ Date d'inscription : 24/09/2018
ღ Parchemins : 28
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il n'y a pas de péché sinon la Stupidité • Malik B. Jeu 29 Nov - 14:11
Bienvenue ici brill
Bon courage pour ta fiche !
N'hésite pas si tu as la moindre question kiss

PS : Ce choix de vava bave
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Je suis pour nos lois.

ღ Avatar : Willa Holland
ღ Date d'inscription : 18/11/2018
ღ Parchemins : 23
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il n'y a pas de péché sinon la Stupidité • Malik B. Jeu 29 Nov - 18:30
Bienvenue et bon courage pour la fin de ta fiche Smile
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Je ne sais pas ce qui se passe.

ღ Avatar : Dove Cameron
ღ Date d'inscription : 18/11/2018
ღ Age : 17
ღ Parchemins : 21
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il n'y a pas de péché sinon la Stupidité • Malik B. Jeu 29 Nov - 21:18
Bienvenue sur le forum coeur

_________________
and now i'm

falling for you
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Il n'y a pas de péché sinon la Stupidité • Malik B.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fillwork :: Les registres :: Les papiers officiels -